D'une laideur effrayante qui éloigne de lui toutes les femmes, malgré le désir qu'il a d'elles et que sa solitude finit par transformer en misogynie, le relieur d'art Bénédict Masson est entraîné dans une série d'aventures extraordinaires qui vont le mener à sa perte et qui toutes tournent autour de la figure de Christine Norbert, la fille de son voisin horloger. Il la surprend un jour avec celui qu'il soupçonne être son amant, Gabriel, et assiste alors à un assassinat, le père de la jeune fille se ruant sur le prétendant sous les cris horrifiés de Christine. Mais bientôt Gabriel semble ressusciter grâce aux bons soins du fiancé, le docteur Jacques Cotentin, cousin promis à Christine. Celle-ci approche alors Bénédict afin qu'il l'accompagne dans la bibliothèque de leur illustre voisin, le marquis de Coulteray, non seulement pour l'aider à recenser les magnifiques ouvrages qui la composent, mais surtout pour éloigner d'elle les assiduités impertinentes du marquis. L'épouse de ce dernier, la belle Bessie Clavendish, semble d'ailleurs en souffrir d'une manière particulière, puisqu'elle accuse son mari d'être un broucolaque, c'est-à-dire un vampire. Mais ce que Christine et Bénédict interprètent comme les signes d'une folie incurable va progressivement se révéler vrai et mener la marquise à une isue fatale. Entre-temps, un incident survenu entre Christine et Bénédict a incité ce dernier à partir s'isoler dans sa maison de Corbillères-les-Eaux, où le souvenir des six femmes disparues mystérieusement après être entrées à son service est brutalement rappelé au souvenir des gens lorsque Bénédict est surpris dans sa demeure en train de brûler le corps mutilé d'une septième victime.

Comment ces trois histoires vont trouver leur résonance, c'est ce que nous apprendra un deuxième volume, intitulé La Machine à assassiner. Il reste à admirer le talent prolifique et la prose nerveuse et légèrement distancée de Gaston Leroux, mêlant dans ce roman frénétique et haletant les effrois anciens du vampirisme aux hypothèses les plus modernes de la science.

La Poupée sanglante de Gaston LEROUX, éd. de l'Aube, coll. Les Populaires, 2006